Les tarifs de l’électricité vont-ils (encore) augmenter au 1er août ?

Publié le 18 juin 2019 à 11h00 - Mis à jour le 23 juillet 2019 à 10h49
augmentation_prix_elec_675

Les tarifs de l’électricité devaient déjà augmenter l’hiver dernier. Suite au mouvement des Gilets Jaunes, le gouvernement avait finalement décidé de geler les tarifs réglementés encore quelques mois, de manière à ne pas faire subir une augmentation des prix aux Français en pleine saison hivernale. Finalement, les tarifs réglementés ont également augmenté de 5.9% au 1er juin. Selon le président de la CRE, une nouvelle hausse de 1%, cette fois-ci, serait envisagée pour le 1er août. Cette nouvelle augmentation serait motivée par l’augmentation des coûts de transport de l’électricité.

Selon Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Transition écologique et solidaire, cette hausse « n’est pas souhaitable ». Elle a également rappelé que ce n’était pas le gouvernement mais bien la CRE qui fixait les prix et leur méthode de calcul.

La hausse du 1er juin avait déjà été fortement décriée, on peut donc imaginer les nouvelles critiques qui seraient formulées en cas de nouvelle hausse.

Qui est concerné par les hausses de tarif de l’électricité ?

Lorsqu’on parle de hausse des tarifs de l’électricité par abus de langage, on désigne en fait les tarifs réglementés de l’électricité, proposés par EDF sous la forme de l’offre « tarif bleu » et les tarifs proposés par les entreprises locales de distribution (ELD) comme Electricité de Strasbourg, Gaz Electricité de Grenoble ou encore Usine d’électricité de Metz.

Les fournisseurs alternatifs (Total Direct Energie, ENI, Ekwateur, Vattenfall, Butagaz…) peuvent quant à eux fixer les prix comme ils le souhaitent via des offres dites « de marché ». Mais, être chez un fournisseur alternatif ne garantit pas nécessairement que vous ne subirez pas les hausses de tarif. En effet, de nombreuses offres sont indexées au tarif réglementé et fluctuent donc en fonction. Néanmoins, ces offres restent inférieures au tarif réglementé, vous devriez donc tout de même faire des économies.

Comment ne pas subir cette hausse ?

Pour ne pas subir de hausse de tarif, une seule solution : opter pour une offre à prix fixe d’un fournisseur alternatif. Ces offres vous permettent de profiter d’un prix du kWh hors taxes qui reste stable pendant une certaine durée (en général au moins un an). Souvent le prix du kWh hors taxes reste alors inférieur ou égal au tarif réglementé : s’il y a des augmentations du tarif réglementé dans la période, vous êtes à l’abri et faites donc nécessairement des économies.

Quelles sont les meilleures offres à tarif fixe ?

Pour connaitre les meilleures offres à tarif fixe, Olawatt a mis en place un comparateur. Répondez à quelques questions pour connaitre vos besoins puis à l’affichage de la page de résultats, filtrez les offres par type de tarif = tarif fixe.

Caroline Greard

Caroline rejoint Olawatt en 2019. Elle écrit des articles et des guides sur la consommation d'énergie en France.