Lire et comprendre ma facture de gaz

Publié le 3 octobre 2019 à 10h22 - Mis à jour le 3 octobre 2019 à 10h27
1002 - Lire et comprendre ma facture de gaz _img

Votre facture de gaz, c’est plein d’informations dans tous les sens, qui n’ont pas vraiment de sens d’ailleurs. On entend parler de plein d’abréviations en plus… B1, PCE, zone 4… Oui, c’est un peu du chinois. Mais du coup, on a décidé d’éclairer votre lanterne en vous expliquant toutes les informations que vous pouvez retrouver sur cette fameuse facture de gaz.

 

Mon contrat de gaz

Chaque contrat de gaz est identifiable par 3 références qui apparaissent sur votre facture.
Elles permettent non seulement à votre fournisseur d’identifier votre contrat, mais également à votre distributeur d’identifier votre compteur et votre installation gaz.
Grâce à cela, il peut vous livrer votre énergie, au lieu de livrer uniquement le voisin. Ça évite de vous laisser au froid.

Votre numéro de client

Quand vous appelez votre fournisseur pour

  • lui expliquer que vous payez trop cher (Mais pourquoi ne changez-vous pas de fournisseur plutôt ?) 
  • lui dire que vous ne comprenez rien à votre facture (Continuez de lire, on espère bien qu’à la fin de cet article ça sera clair comme de l’eau de roche !)
  • lui dire que vous déménagez (Encore une bonne raison de changer de fournisseur... On dit ça…) 
  • et on en passe

Pour tout ça, il va vous demander votre numéro de client pour identifier votre dossier entre tous ceux de tous ses (nombreux) clients.

Le numéro de votre compteur

Il permet de reconnaître votre compteur sans risquer de faire une erreur.
Ainsi, vous ne payez pas pour les voisins, les voisins ne paient pas pour vous et tout le monde passe une bonne fête des voisins dans une bonne ambiance.

Si votre numéro de compteur n’apparaît pas sur votre facture, il est remplacé par le lieu de consommation, qui détermine également la situation de votre installation gaz.

Le numéro de PCE

Sous ces 3 lettres obscures se trouvent les mots « Point de Comptage et d’Estimation ».
C’est en soi le numéro de l’entrée de votre installation gaz.
Ce point de comptage et d’estimation se trouve au niveau de votre compteur et permet à votre distributeur, GRDF ou EDL (Entreprise Locale de Distribution), de localiser votre installation gaz et de le livrer au bon endroit.
Vous le retrouvez facilement sur votre facture dans un encart qui peut s’appeler « vos informations client » ou « vos données techniques ».
Votre PCE vous sera demandé si vous souhaitez souscrire une nouvelle offre de gaz.

 

Votre offre de gaz

L’offre que vous avez souscrite apparait également sur votre facture.
Par exemple, si vous avez souscrit chez Vattenfall, votre offre pourra s'appeller Éco ou Éco Green.

Votre offre définit votre tarif et le prix que vous payez.
Pensez à comparer régulièrement pour être sûrs d’avoir l’offre la plus intéressante.

 

 

La classe de consommation

Il existe 4 classes de consommation.
Le fait que vous apparteniez à l’une ou à l’autre dépend de votre consommation et de l’utilisation que vous faites du gaz.

Base

Pour être en « Base », il faut consommer moins de 1000 kWh/an de gaz naturel.
Du coup, il faut limiter l’utilisation du gaz à la cuisine pour faire de bons petits plats et un max de welshs pour l’hiver.
L’avantage avec cette classe, c’est que vous avez l’abonnement le moins cher.
L’inconvénient, c’est que vous avez le prix du kWh unitaire le plus cher.
Mais comme vous n’utilisez le gaz que pour la cuisson, ça n’a en réalité pas un impact si énorme que ça.

B0

Comme on est à l’écrit et que ce n’est pas toujours simple de distinguer les O et les 0 (oui, même là vous pouvez avoir un doute), on parle de la classe « B zéro ».
Cette classe est réservée aux personnes qui consomment entre 1000 et 6000 kWh/ an de gaz.
Ce sont les personnes qui utilisent cette énergie pour la cuisine et pour l’eau chaude de leur douche, de leur bain, de leur jacuzzi ou de leur vaisselle.

B1 et B2i

Si on met ces deux-là ensemble, c’est que la plupart du temps, le tarif de l’abonnement et du prix du kWh ne change pas entre les deux.
Certains fournisseurs, rares, font une distinction pour que les plus gros consommateurs aient un avantage tarifaire.
Pour tous les autres fournisseurs, les grilles tarifaires sont identiques.

Pour être en B1, vous devez consommer entre 6000 et 30 000 kWh/ an de gaz.
Pour les B2i, c’est une consommation qui excède les 30 000 kWh/ an.
Ces deux classes utilisent le gaz pour se chauffer et pour leur eau chaude.
La cuisine ne change généralement pas la classe de consommation car elle représente une part infime de la consommation.

Les foyers en tranche B2i ont souvent une petite chaufferie chez eux et/ou une grande superficie à chauffer.

 

La zone tarifaire

Le territoire français métropolitain est découpé en 6 zones de consommation.
Ces zones représentent la difficulté de livrer le gaz dans la région, la zone 1 étant la plus facile à livrer et la zone 6 la plus difficile.

Par exemple : Lille se trouve en zone 1 alors que la petite ville de Maroilles d’où vient le fameux fromage se trouve en zone 6.
On en déduit que livrer un Lillois en gaz est facile tandis que livrer un Maroillais est plus compliqué.
Cette difficulté de livraison est répercutée sur le prix du kWh sur la facture de gaz du Maroillais.

Cependant, cette différence de prix est plafonnée et n’impacte que les classes de consommation B1 et B2i, donc uniquement les personnes se chauffant au gaz.

 

Tiffany Duflot

Ennemie de la paperasse et des musiques d'attente, Tiffany rejoint Olawatt dès 2019 pour illuminer le côté obscur des contrats gaz et électricité.