Simuler sa facture de gaz pour optimiser son budget énergie

Publié le 31 juillet 2019 à 11h07
shutterstock_512122708

Combien allez-vous payer votre facture de gaz ? C'est une question légitime que l'on se pose quand on emménage dans un nouveau logement ou lorsqu'on attend, parfois avec crainte, sa facture de régulation. Il existe des outils pour simuler votre consommation et calculer le montant de votre facture.

Vous allez mieux comprendre votre utilisation de l’énergie et savoir décortiquer le contenu de vos factures. Puis, en quelques clics, notre comparateur d’offres électricité et gaz vous aidera à trouver celle qui vous convient. Nous vous accompagnons alors dans la souscription du nouveau contrat.

Alors, allons-y !

L’index, le point de départ de votre démarche

Lorsque vous déménagez, il est nécessaire d’arrêter les comptes de vos dépenses en énergie. Vous pouvez également chercher à dissiper un doute sur les valeurs affichées sur vos factures. Ou encore, vous souhaitez des échéances intermédiaires au plus près de la réalité. Voilà autant de situations qui vous amènent à pratiquer vous-même votre relève de compteur.

Alors l’index, à part un doigt de la main, qu’est-ce que c'est ?

L’index est la valeur affichée par le compteur gaz. Celui-ci est constitué de 8 chiffres, 5 sur fond noir ou blanc à gauche, puis 3 sur fond rouge à droite qu’il ne faut pas noter. 

 

L'astuce d'Olawatt

Prenez une photo de votre compteur avec votre smartphone, c’est simple et rapide, surtout si votre compteur est peu accessible.

Et une fois que je connais l’index, qu’est-ce que j’en fais ?

Pour obtenir votre consommation sur une période donnée, il faut avoir relevé deux index, l’un en début de période et l’autre fin de période. Par soustraction du premier au second, on obtient la valeur recherchée. Petit détail qui a son importance : sachez que l’index est exprimé en mètres cubes.

Mais à quoi correspondent les kWh affichés sur ma facture ?

Vous savez maintenant le nombre de m3 qui ont été consommés. Mais pour en déterminer le coût, il faut transformer cette valeur en kWh (base de calcul de tous les fournisseurs de gaz). Il suffit alors de multiplier ce volume par le coefficient de conversion. Ce dernier dépend de la nature ainsi que de la qualité du gaz distribué, mais aussi de l’altitude du logement. Situé dans une fourchette approximative allant de 9 à 10,5 hWh/m3, ce nombre est fixé chaque jour par GRDF. Pour un chiffre précis, regardez sur votre facture, le coefficient de conversion correspondant à votre commune y est indiqué.

 

Et où vont tous ces kWh décomptés ?

Il est intéressant d’identifier les différentes sources de consommation dans le logement que vous occupez afin de savoir où intervenir en priorité pour économiser rapidement.

Une répartition très inégale de l’usage du gaz

Si le gaz est utilisé pour le chauffage, l’eau chaude et la cuisson, alors le premier de ces trois usages représente environ les 2/3 de la consommation totale. Ensuite, que vous chauffiez ou pas au gaz, la part de gaz entre l’eau chaude et la cuisson est approximativement de 6/7 pour l’eau chaude et 1/7 pour la cuisson.

On constate donc que le chauffage est le plus énergivore, puis vient l’eau chaude, et enfin la cuisson.

Les facteurs qui influencent le plus votre consommation

La quantité d’énergie nécessaire pour le chauffage est d’autant plus importante que la surface de votre logement est grande. Une bonne isolation est cependant un moyen de limiter les frais. Par ailleurs, le recours aux thermostats programmables, optimisant le chauffage par rapport aux heures où sont présents les occupants du logement, aide à réduire d’autant le montant de la facture.

Quant à l’eau chaude, c’est le nombre d’occupants qui influence très nettement les besoins en gaz, mais il est difficile d’agir sur ce facteur ! En revanche, en préférant les douches aux bains, vous réduisez notablement le volume d’eau à chauffer et limitez ainsi les coûts.

Enfin, si vous souhaitez également optimiser votre consommation lors de la cuisson, sachez que le simple geste de couvrir vos casseroles vous permet de réduire la puissance du feu sous celles-ci, donc de débiter moins de combustible.

 

Des kWh consommés aux euros facturés

Mais non, votre facture n’est pas un casse-tête ! Si vous faites l’effort de vous y pencher d’un peu plus près, vous constaterez que vous ne payez pas seulement les kWh de gaz que vous avez brûlés. Prêtez-vous à cet exercice intéressant en consultant les lignes de détail.

L’abonnement, une part incompressible de la facture

Que vous consommiez ou pas du gaz, vous devez vous acquitter de l’abonnement. Il correspond à votre participation aux coûts d’acheminement et de l’entretien du réseau de gaz. Son montant, fixe, dépend moins du fournisseur que de votre classe de consommation. Celle-ci se détermine facilement, selon les usages :

  • cuisson uniquement (consommation inférieure à 1000 kWh/an) : base ;
  • cuisson et eau chaude (consommation comprise entre 1001 et 6000 kWh/an) : B0 ;
  • chauffage individuel (et eau chaude ou cuisson éventuellement) (consommation comprise entre 6001 et 30 000 kWh/an) : B1;
  • chaufferie d’une petite copropriété (consommation comprise entre 30 001 et 150 000 kWh/an) : B2i.

Votre consommation, la part ajustable de la note

La consommation en kWh, on l’a vu, est le produit du coefficient de conversion avec les m3 recensés par le compteur. Un dernier calcul reste à faire : multiplier ce résultat par le prix du kWh. Ce dernier dépend, bien sûr, des fournisseurs et peut varier notablement de l’un à l’autre. Notez qu’il est également influencé par la zone géographique à laquelle votre logement est rattaché et par votre classe de consommation (base, B0, B1, B2i).

Les taxes, inévitables mais nécessaires

Les taxes s’ajoutent aux montants précédemment évoqués, et représentent en moyenne le quart de votre facture. Vous pouvez identifier la CTA, la TICGN ainsi que la TVA. Ni vous, ni même les fournisseurs d’énergie ne pouvez vraiment agir sur leur montant. C'est l'état qui en fixe les règles et qui les recouvre. N’oubliez pas cependant que le TICGN tout comme la TVA ont une part proportionnelle au volume débité.

 

Réduire sa consommation c’est bien, mais bien choisir son fournisseur, c’est encore mieux !

Les dépenses en énergie pour le logement pèsent lourd dans le budget des ménages. D’où l’importance de trouver LE bon fournisseur. Que vous soyez célibataire ou en couple, actif ou retraité, en ville ou à la campagne, vous pouvez toujours trouver la meilleure réponse à vos besoins.

Notre comparateur sélectionne toutes les offres énergie qui vous correspondent

En seulement quelques clics, vous retrouvez toutes les formules répondant à votre situation, proposées par chacun des fournisseurs d’énergie. Pour cela, rien de plus simple. Il suffit de renseigner le type d’énergie utilisée et de mentionner si vous emménagez ou occupez déjà le logement. Vous précisez ensuite sa localisation géographique et, dans le cas où vous la connaissez, sa consommation annuelle. Sinon, notre comparateur vous permet de simuler votre consommation.

Des critères utiles pour affiner votre sélection

Si vous avez l’embarras du choix, il vous est possible de resserrer vos exigences. Celles-ci peuvent porter sur le service client (contact par téléphone, messagerie, chat…) ou le type de tarif pratiqué (fixe, indexé…). Vous pouvez également restreindre le choix sur les modalités de souscription (en ligne ou par téléphone). Ou bien encore vous orienter vers des fournisseurs privilégiant une « énergie verte ».

Vous n’êtes pas seul, ni pour décider, ni pour souscrire un nouvel abonnement

Au-delà de l’aide précieuse que vous apporte notre comparateur, nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions, vous conseiller dans vos choix et vous accompagner lors de la souscription du nouveau contrat. Demandez à être rappelé on contactez-nous au 02 35 95 11 30, c’est gratuit !

Caroline Greard

Caroline rejoint Olawatt en 2019. Elle écrit des articles et des guides sur la consommation d'énergie en France.